Synopsis : Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour. Du moins l’homme semble le croire. Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots. « La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. » Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?…

Ce film est présenté dans la catégorie « Un Certain Regard » au Festival de Cannes 14

 

Angoissant et tout en contrôle, « La Chambre bleue » est un film glacial qui, de par la mise en scène, se veut complexe d’un point de vue psychologique et personnel. Si le film est complexe on se laisse enfermer dans cette fameuse chambre bleue. Une chambre qui renferme le désir et le secret.

Avec des plans fugitifs et intimes, Mathieu Amalric dessine son film avec minutie et intelligence. Le français donne cette impression d’avoir un contrôle constant soit dans son jeu soit dans sa mise en scène. Ses personnages sont dépourvus d’émotions, des personnages qu’on pourrait qualifier « de marbre » qui répondent vaguement ou tempèrent leurs réponses (petit clin d’œil à « L’amour est un crime parfait »). Des dialogues plats mais qui prennent leurs sens au fil du film.

Bien difficile de résumer ce film, la substance n’est que peu dévoilée ce qui rend l’œuvre énigmatique et aussi par sa durée (1h16 seulement). Troublant dans son rôle principal, Mathieu Amalric se mue en un personnage tiraillé par la honte et l’amour. Un amour qu’il ne contrôle pas vraiment face à sa maîtresse Esther Despierre (Cléau) et sa femme Delphine (Drucker). Des femmes qui semblent être de simples protagonistes dénués de sentiments.

Un drame sous la houlette d’un Amalric usant de son air halluciné et de sa parfaite maîtrise narrative, il peint en toile de fond une ambiance fascinante et envoûtante. Le cinéaste parachève son œuvre sans vraiment donner de réponses et laisse, avec toute sa maîtrise, le choix aux spectateurs de décider du dénouement. Meurtrier, complot ou simple erreur judicaire, comme dirait Julien Gahyd : « on finira par s’habituer ». Un bel hommage à Georges Simenon. Bravo Monsieur Amalric.

 

La bande annonce


 

Fiche technique

Réalisé par : Mathieu Amalric

Date de sortie : 4 juin 2014

Genre : Drame, Policier, Thriller

Nationalité : Français

Durée : 1h16min

 

 

Casting

Mathieu Amalric

Léa Drucker

Stéphanie Cléau

Laurent Poitrenaux

Serge Bozon

Blutch