Nous retrouvons Michel, un ingénieur de 40 ans, qui vit que pour son boulot. Son père refuse de mourir à l’hôpital en attendant bien sagement. Robert décide de prendre la poudre d’escampette et terminer ses jours au grand air, dans la montagne pour ainsi dire. Michel se voit donc dans l’obligation de se lancer à la poursuite de son père. Perdu dans la montagne, les deux hommes vont (re)nouer des liens tout étant immergé dans la nature, coupé des obligations ordinaires.

Une thématique intéressante que traite Deux jours avec mon père. La relation père/fils y est soulignée et le sujet semblait être sensiblement abordé. Perdu dans l’immensité des montagnes helvétique, Anne Gonthier semble vouloir réveiller une facette de l’homme moderne souvent omise : la liberté. D’un côté, Michel dont la vie rime avec travail et contraintes et de l’autre, Robert dont l’attente de sa mort semble s’apparenter à un calvaire tel un oiseau en cage. Deux jours avec mon père se traduit comme une ode à la prise de conscience.

Si le scénario laissait apparaître de belles choses, la mise en scène laisse à désirer. Très, très, très lent au démarrage, le long-métrage piétine au gré des minutes qui s’égrainent laissant place à l’ennui. Un casting bien synchrone, mention à Stefan Kollmuss, mais une oeuvre bien trop brouillonne gâche le résultat d’ensemble.

On reste très mitigé face au film de la réalisatrice Anne Gonthier. Mais restons patriote et profitez d’aller vous faire votre idée perdu dans la montagne.

Avis : 1,5/5

 

Bande-annonce :

 

Fiche technique :

Réalisé par : Anne Gonthier
Date de sortie : 12 novembre 2014
Durée : 1h20min
Son : Marc von Stürler
Nationalité : Suisse

Casting :

Isabelle Caillat
Stefan Kollmuss
Jean-Pierre Gos
Baptiste Gilliéron

REVIEW OVERVIEW
Note
SHARE
Previous articleSerena
Next articleMansionair- Hold Me Down
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.