Cannes 2015 : The Other Side

"The Other Side" ou la vision d'une communauté marginalisée.

0
158
The Other Side de Roberto Minervini - Image droits réservés - arte.tv

Sélection : Un Certain Regard

Un constat de l’Amérique profonde. Voilà ce que Roberto Minervini met en scène avec The Other Side. Presque marginalisé, cette communauté, qu’on situe approximativement au Texas ou en Lousiane, débat sur une politique trop égoïste pour le peuple américain. Sur leur colère contre la société.

La drogue coule à flot. Des mères à la dérive. Des vétérans dépassés par les événements. The Other Side déconcerte par une approche sombre et critique. Proche de l’oubli, ces habitants sombrent dans une dépression collective. Obligés de tromper le temps, les protagonistes se perdent dans des issues chaotiques.

Haineux face à Obama, les vétérans, les « vieux » débutent un discours en faveur de la candidate à la présidence : Hillary Clinton. « Derrière chaque grand homme se cache une femme. », dit un vétéran. Etonnant, venant d’individus réputés machos. Troublant et passionnant à la fois, The Other Side prend des airs de docu-fiction au fin fond d’une Amérique oubliée, snobée.

Roberto Minervini propose une fresque déconcertante. Mark (Mark Kelley) est la figure principale du métrage. À travers Mark, nous découvrons une communauté dans l’illégalité. Lui-même doit purger une peine de trois mois de prison. Se défonçant avec sa dulcinée, on découvre le visage d’un homme meurtri par son passé ainsi que son présent. Adepte de la nudité en pleine nature, Mark semble rechercher la liberté, en communion avec Mère Nature.

Cette immersion dans une population, tant fascinante que dégoûtante, pousse à la réflexion sur beaucoup de points. De ce point de vue là, Roberto Minervini déchaîne les passions, et réussit un coup fumant. Mais le sentiment reste partagé…

Fiche technique :

Réalisé par : Roberto Minervini
Date de sortie : –
Durée : 1h32min
Genre : Drame
Nationalité : Français, italien
Scénario : Dennise Ping Lee, Roberto Minervini
Photographie : Diego Romero Suarez

Casting :

Mark Kelley
Lisa Allen
James Lee Miler

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleThe Great Escape’s Crushes 4/6: Jack Garratt
Next articleCannes 2015 : Dheepan
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.