Saul Fia est présenté en Compétition au Festival de Cannes. 

Il y a des films qui vous glace le sang, rien que par une ambiance. Saul Fia fait partie de cette catégorie. Réalisé par Laszlo Nemes, Saul Fia nous conte l’histoire de Saul Auslander, un détenu juif rattaché à la « Sonderkommando », un groupe de prisonniers qui assistent les nazis dans les exterminations de la Seconde Guerre. Un jour, Saul découvre le corps d’un enfant ressemblant étrangement au sien. Alors que la « Sonderkommando » décide de se rebeller, Saul décide d’honorer, dans les règles de l’art, la mort de son prétendu fils.

Nemes ne nous ménage pas avec son métrage. Véritable raz-de-marée d’atrocités, Saul Fia nous montre un visage de la Seconde Guerre dont on parle peu. Immergé dans ce crématoire, les scènes de nettoyages des victimes des douches à gaz sont fréquentes. Des corps nus que les malheureux trainent sur le sol, comme si de rien. Entre ces « nettoyages » et les cris assourdissant des victimes, le quotidien que dépeint Nemes n’est pas de tout repos.

Sujet sensible, mais une photographie sombre et méticuleuse captive instantanément. Le travail des lumières nous plonge dans une ambiance glaciale. Les plans soignés, nous immergent dans le rude combat que mène Saul entre révolte du « Sonderkommando » et son abnégation pour enterrer son prétendu du fils. Le cinéaste hongrois calque son film entier sur le personnage de Saul. Laissant de côté les autres personnages, faisant plus office de figuration, Nemes réussit un coup de maître avec cette approche. Ne s’éparpillant pas dans tous les sens, le déroulement de Saul Fia est parfaitement orchestré. Maintenant, rester sans arrêt sur les péripéties de Saul, peut paraitre répétitif, voire même barbant.

Saul Fia ne serait pas si abouti, sans la performance de Géza Röhrig. L’interprète de Saul Ausländer réussit, avec une finesse, à rentrer dans un rôle pourtant pas si facile. Plein d’obstination, la performance de Röhrig peut tout à fait prétendre au prix de l’interprétation, tant il porte le film.

Laszlo Nemes réussit, avec Saul Fia, une fresque intéressante, parfois répétitive mais tient son récit avec poigne.

 

Fiche technique :

Réalisé par : Laszlo Nemes
Date de sortie : novembre 2015
Durée : 1h47min
Genre : Drame
Nationalité : Hongrois
Scénario : Laszlo Nemes, Clara Royer
Photographie : Matyas Erdely

Casting :

Géza Röhrig
Molnar Levente
Urs Rechn
Todd Charmont
Sandor Zsoter
Uwe Lauer
Jerzy Walczak

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleWeb: Mr & Mrs Sith
Next articleCannes 2015 : Hrutar (Béliers)
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.