Cannes 2015 : Louder Than Bombs

La "bombe" de ce Festival de Cannes...

0
458
Louder Than Bombs de Joachim Trier - Image droits réservés - montages.no

Louder Than Bombs est présenté en Compétition au Festival de Cannes

L’absence d’une mère peut pourrir une existence. Avec Louder Than Bombs, nous suivons une famille qui tente de se remettre de l’accident tragique de la maman. Un père et ses deux fils entament un deuil plus compliqué que prévu. Des souvenirs remonteront, ainsi qu’un secret soigneusement caché…

Isabelle Reed (Isabelle Huppert) est une photographe renommée. Elle trouve la mort dans un accident de voiture, enfin en apparence. Trois ans s’écoulent, et la préparation d’une exposition sur son oeuvre est mise sur pied pour honorer son travail. Arrive la parution d’un article qui révèlera une facette inconnue de la photographe. Ces révélations tombent mal pour une famille qui n’a toujours pas fait son deuil.

Jesse Eisenberg y est excellent, comme d'habitude - Image droits réservés - Timeout.com
Jesse Eisenberg y est excellent, comme d’habitude – Image droits réservés – Timeout.com

D’une fluidité rare, Louder Than Bombs captive par son esthétique et sa sensibilité. Le film nous maintient dans cette ambiance familiale austère, dont la crise d’adolescence du plus jeune des frères attriste un père, dont le chagrin est assez lourd comme ça. Des problèmes de communication naissent entre Conrad et son père, surtout après la liaison du père avec la prof de Conrad, et le lien père-fils vire dans le chaos. Le retour au bercail du grand frère, semble apaiser les moeurs. Mais l’ambiance ne tient qu’à un fil…

Ponctué de flashbacks, Louder Than Bombs nous situe l’histoire dans ses moindres détails. Parfaitement mis en scène, le métrage développe le récit avec élégance et minutie. Le travail de Joachim Trier sur la thématique du deuil frise la perfection. En gardant une trame dramatique extraordinaire, Trier s’attarde sur la manière dont les trois hommes – Conrad, Gene et Jonah – encaissent le coup. Comment appréhende-t-il la perte de la figure maternelle ? Sous quel jour les enfants vont découvrir leur mère ? Un véritable travail psychologique, voire philosophique, sur l’absence d’une mère. Les personnages sont mis à nus, par le cinéaste Norvégien, et rendus fragiles. Les trois garçons, en manque d’affection, cherchent à combler ce « vide maternel » en allant chercher du réconfort auprès de la gent féminine. Des tentatives pour aller de l’avant, souvent vaines et maladroites. Humain, vous allez me dire dans un tel moment, même trois ans après. Louder Than Bombs est profond, on se sent démuni devant une telle expérience. Joachim Trier dépeint sans aucune prétention, une histoire pleine de sensibilité, sans tomber dans le film larmoyant. Le casting est exquis. L’esthétique d’une beauté rare. Joachim Trier réussit un véritable chef-d’oeuvre qui s’intensifie par le développement sobre et fascinant à la fois.

Bande-annonce:

Fiche technique :

Réalisé par : Joachim Trier
Date de sortie : octobre 2015
Durée : 1h49min
Genre : Drame
Nationalité : Américain, allemand, français
Scénario : Joachim Trier, Eskil Vogt
Musique : Ola Flottum
Photographie : Jakob Ihre
Distribution : Frenetic

Casting :

Jesse Eisenberg
Devin Druid
Isabelle Huppert
Gabriel Byrne
Amy Ryan
David Strathairn
Ruby Jerins
Rachel Brosnahan

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleCannes 2015 : Mon roi
Next articleCannes 2015 : La loi du marché
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.