AN est présenté dans la section « Un Certain Regard. »

Il y a des histoires qui vous bouleversent avec de simples mots. AN, qui ouvre la section « Un Certain Regard », fait partie de cette catégorie là. Un récit poignant entre un homme, dont la vie se résume à vendre des dorayakis, et une vieille femme au passé plutôt tumultueux. 

Les dorayakis sont des pâtisseries typiquement japonaise qui se composent de deux pancakes et d’une sorte de confiture de haricots rouges confits. Cette pâte, nommée AN, sera le point d’ancrage du film de Naomi Kawase. Sentaro tient une petite boutique et mène une vie austère. Un jour, une vieille dame se pointe devant son commerce pour réclamer du travail. Voyant son âge avancé, le vendeur de dorayakis refuse l’offre de l’aînée. Tokue, de son prénom, tient bon et décide faire la fameuse recette « AN » pour que Sentaro goûte à son travail. Enchanté par la recette de Tokue, l’homme l’engage. Au vu de la qualité de sa recette, le commerce décolle et les clients se bousculent pour goûter aux délicieux dorayakis. Mais malheureusement, le conte de fée ne tiendra pas longtemps face à la maladie dont a été victime Tokue…

Tokue (Kirin Kiki) à la préparation du doryakis - Image droits réservés - hautetcourt.com
Tokue (Kirin Kiki) à la préparation du doryakis – Image droits réservés – hautetcourt.com

Nous ne pouvons rien faire face à l’incompréhension de la société. Sentaro (Masatoshi Nagase) se retrouve confronté à ce fléau par le biais de Tokue (Kirin Kiki). Cette vieille dame s’est retrouvée atteinte de la lèpre durant sa jeunesse. La mise en quarantaine des lépreux fut abolie en 1996, au Japon. Malgré cette abolition, la population japonaise semble encore peu encline à laisser ces « malades » s’approcher d’eux.

Extraordinaire dans sa prestation, Kirin Kiki nous émerveille par son caractère joyeux et frais. Une performance qui vous tire les larmes, tant le jeu de la comédienne semble vrai et authentique. Comme une bonne nouvelle ne vient pas seule, l’interprétation de Masatoshi Nagase, qui joue un homme au regard remplit de tristesse, est particulièrement bonne aussi. La rencontre entre ces deux êtres fera office de détonateur pour vider leurs sacs respectifs. L’une retrouve un peu de joie dans son existence, l’autre parvient à confesser un douloureux passé qui hante son quotidien.

Après Still the Water, Kawase revient à Cannes avec une petite perle. Un drame captivant par sa structuration et son écriture. Une histoire douce et mélancolique orchestrée par la talentueuse Naomi Kawase.

Fiche technique :

Réalisé par : Naomi Kawase
Date de sortie : –
Genre : Drame
Durée : 1h53min
Nationalité : Japonais, français, allemand
Scénario : Naomi Kawase, d’après l’oeuvre de Durian Sukegawa
Photographie : Shigeki Akiyama

Casting :

Kirin Kiki
Masatoshi Nagase
Kyara Uchida
Miki Mizuno
Etsuko Ichihara
Miyoko Asada

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleCannes 2015 : Tale of tales
Next articleMad Max: Fury Road
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.