Le film s’ouvre sur une fille qui danse, qui se laisse transporter par la musique « underground » qui passe dans une boîte typiquement berlinoise. Vraisemblablement venue seule, Victoria rencontre quatre garçons qui l’accostent maladroitement. De fil en aiguille, le courant passe entre Sonne, Boxer, Blinker, Fuss et Victoria. Si bien que Sonne et Victoria se rapprochent et flirtent jusqu’à que les deux tourtereaux soient stoppés par Boxer, pour régler une affaire. Par la force des choses, Victoria se retrouve dans la combine pour aider sa nouvelle bande d’amis.

L’insouciance, la jeunesse, la naïveté peuvent mener à de vilaines choses. C’est ce que laisse transparaître Sebastian Schipper avec Victoria. Cette jeune fille, Victoria (Laia Costa) l’apprend à ses dépens et se retrouve mêlée à une histoire dont le début de soirée n’augurait rien de tout ça. Tendu, Victoria l’est grâce à une mise en scène posée et propre, se mêlant aux mélodies mélancoliques du talentueux Nils Frahm.

Le mérite revient à Sebastian Schipper, grâce à un scénario imprévisible, qui nous tient en haleine par un réalisme salvateur. Long de 140 minutes, Victoria se passe essentiellement la nuit, où le calme des rues désertes laisse nos cinq noctambules s’appréhender avant de commettre l’irréparable…

Malgré une réalisation et un scénario très réaliste, Victoria laisse une impression mitigée par son côté répétitif. Suivre une équipe de fêtards la nuit reste une épreuve épineuse à réaliser. S’étiolant sur la longueur, Victoria laisse songeur, mais le côté positif l’emporte sur le côté négatif.

Bande-annonce:

 

Fiche technique :

Réalisé par : Sebastian Schipper
Date de sortie : prochainement
Durée : 2h20min
Genre : Drame, Thriller, Romance
Nationalité : Allemand

Casting :

Laia Costa
Philipp Kubitza
Frederick Lau
Franz Rogowski
Burak Yigit
Max Mauff
André Hennicke

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleBerlin 2015 : Journal d’une femme de chambre
Next articleBerlin 2015 : Knight of Cups
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.