En 1908, plongé dans l’immensité des paysages glacés du Groenland, nous retrouvons Joséphine Peary (Binoche) qui, sans nouvelles de son mari, part à l’aventure pour retrouver son époux, Robert. Bravant les tempêtes et le froid qui persistent, Joséphine découvrira qu’une autre femme, Allaka, attend également l’arrivée de l’explorateur Robert Peary.

Nadie quiere la noche (Nobody Wants the Night) lance cette Berlinale 2015 avec un brin de nonchalance. Parti dans une optique de cinéma contemplatif, l’oeuvre d’Isabelle Coixet s’étiole très rapidement. Explorant plusieurs aspects intéressants, comme l’abnégation d’une épouse ou l’échange compliqué entre deux femmes que tout oppose, Coixet reste très brouillonne sans vraiment creuser son sujet. Le conflit qu’oppose Joséphine et Allaka reste un aspect intéressant du film. Attendant le même homme, la cohabitation sera délicate, mais avec le froid, les tempêtes et l’hiver persistant, la cohabitation découlera sur une amitié.

Juliette Binoche / Image droits réservés / rbb-online.de
Juliette Binoche / Image droits réservés / rbb-online.de

Pour jouer cette femme à fort caractère, Juliette Binoche porte le film avec professionnalisme. Sans casser la baraque, la française fait le job. Mais le Grand Nord se veut plus fort qu’une performance honorable. Manquant de rythme, de profondeur, Nadie quiere la noche souffre d’un scénario trop plat, laissant transparaitre de splendides paysages (une partie du film fut tourné en studio) mais ne transcendera jamais par son récit. Le courage, l’abnégation, ne seront qu’effleurés, se perdant dans une mise en scène douteuse et pompeuse. Bien dommage, car la matière était intéressante à développer.

C’est donc déçu que nous commençons notre périple berlinois, avec le sentiment d’avoir suivi une lente épopée qui manque cruellement de fluidité ainsi qu’une certaine antipathie irritante. L’émotion n’est pas au rendez-vous, même si l’ambiance se montre dramatique, le caractère de Nadie quiere la noche tend presque vers la caricature, ce qu’on aurait volontiers évité.

Bande-annonce :

 

Fiche technique :

Réalisé par : Isabelle Coixet
Date de sortie : Prochainement
Durée : 1h55min
Genre : Drame
Nationalité : Espagnol
Scénario : Miguel Barros

Casting :

Juliette Binoche
Rinko Kikuchi
Gabriel Byrne
Matt Salinger

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleThe Dø – Despair, Hangover & Ecstas
Next articleBerlin 2015 : Queen of the Desert
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.